Savon à la cendre

Je m’étais promis de publier aussi mes échecs sur ce blog, donc aujourd’hui je vais vous parler d’une expérience que j’ai commencé il y a plus d’un an et en absence de résultat positif, je dois me rendre à l’évidence… mais c’est parfois bien d’échouer, cela nous permet de connaitre nos limites :-) voici le récit de ce désastre.

Si vous vous intéressez au savon, vous avez sans doute déjà entendu cette histoire selon laquelle nos arrière-grands-mères mettaient de coté toute l’année des restes de graisses, puis une fois par an, produisaient une solution alcaline avec de la cendre de cheminée, et suite à une très longue journée de travail arrivaient à produire du savon (donc sans utiliser de soude).

Je me suis donc mis en quête de cette fameuse recette, j’ai trouvé plusieurs blog qui en parle, mais sans photos accréditant la réalisation de l’expérience.

J’ai commencé à récupérer des fougères sèches, que j’ai fait bruler, car la cendre de fougère contient une plus grande quantité de potasse, mais les cendres étaient noire et il faut qu’elles soient bien blanches pour obtenir une solution alcaline, je me suis donc mis en quête de cendre blanche, c’est à dire bruler à une plus haute température. Il faut ensuite faire infuser ces cendres dans de l’eau, puis filtrer et enfin concentrer la solution.

C’est l’étape la plus difficile, car il s’agit de faire évaporer la solution pour la faire réduire jusqu’à obtenir une solution concentré (équivalente à l’eau de mer, voir le test de l’œuf). Ainsi 5 litres de macérât doivent être réduit pour obtenir 0,5 litres de solution, bonjour la consommation d’énergie !

Ensuite on fait cuire les huiles et la solution, au bout d’un moment, ne me demandez pas lequel :-) on jette du sel dans la casserole pour faire précipiter le savon. Pour ma part après avoir salopé ma cuisine trois ou quatre fois, j’ai décidé de jeter l’éponge, et pourtant d’habitude je suis du genre coriace, mais là il faut bien l’admettre j’ai trouvé plus fort que moi :-)

Quand j’ai commencé il n’existait pas de tutoriel en images, impossible donc de savoir si quelqu’un avait réussi à reproduire cette expérience.

Depuis, je suis depuis tombé sur ce lien, qui montre les différentes étapes de la réalisation du savon en images, c’est donc faisable, s’il y a des volontaires, moi j’ai déjà donné :-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

11 réflexions au sujet de « Savon à la cendre »

  1. Ça m’intéresse aussi ce genre d’expérience! Merci pour le lien avec photos, je ne connaissais pas. Je n’ai jamais tenté encore mais ça viendra un jour !

  2. oui, j’ai tenté aussi, j’ai fait la solution, mais pas avec l’œuf comme indice, j’ai cuit, avec de l’huile d’olive, car des graisses un peu beurck!
    et j’ai cuit, et cuit et cuit, et mis du sel!!!!! et rincé le tout, et j’ai salopé ma savonnerie, et obtenu un truc, sensé être du savon, qui n’a jamais durci, et qui beige-gris! J’ai fini par regardé sous l’eau si ça moussait! oui un petit peu, mais pas engageant à utilisé cette pâte ni dure ni molle, elle a fini à la poubelle. Pour la cendre pas de problème nous avons un poêle à bois et je récupérais le matin les cendres du dessus bien blanches, mais quand nous n’avions pas brulé de chêne, car le tanin du chêne jauni le linge! Mais bon pas dit que je retente pas!

    • Merci Sylvie pour ce retour d’expérience, bonne soirée :-)

  3. En tout cas, je suis admirative ! Quelle patience ! Mais pas pour moi, je manque de patience.
    Bon dimanche et continue avec tes autres si jolis savons :)

  4. J’ai fait plusieurs fois du savon avec de la potasse de cendre de bois mais j’ai fait du savon liquide, enfin du savon noir, qui dilué avec un peu d’eau chaude donnait un belle crème moussante blanche; je procède comme dans l’article, je concentre mon lessi en le laissant réduire sur le poêle à bois, mais je n’ajoute pas de sel; au bout d’un certain temps (fonction de la t° du poêle), j’obtiens un gel marron foncé, comme le savon noir du hammam; j’y ajoute un peu d’eau bouillante et ça se met à mousser et à gonfler terrible, et ça devient blanc-crème:
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1829157295412&set=a.1739790261292.107191.1434725450&type=3&theater

  5. Je l’utilise pour faire ma lessive et mon produit nettoyant pour les sols.

  6. Merci Isabella pour toutes ces informations et retour d’expérience, bonne journée :-)

  7. Ca fait un moment que je cherches aussi la « recette », mais je ne suis pas suffisamment convaincue par tout ce que je trouves pour me lancer…
    J’en ai discuté avec ma grand-mère aussi, qui me racontais parfois que sa mère faisait justement le savon avec le gras restant par exemple après avoir tué le cochon… mais en fait, mon arrière-grand-mère achetait déjà de la soude toute faite, mais apparemment en forme de pierre, agglomérée, ce qui ne me sembles pas bien pratique non plus, et où je suis pas bien sûre comment cette fameuse « pierre à soude » (attention, traduction libre via 2 langues!) a été fabriquée…
    Bref, je tenterais sûrement au moins une fois… mais pas tout de suite, en espérant trouver des pistes plus concluantes et surtout plus précises!

    • Salut Iris, ta pierre de soude ressemble bcp à de la soude aggloméré et cristallisé, si tu laisses les billes de soude à l’air libre elle vont se coller entre elles, on peut donc facilement imaginer que la soude d’avant se trouver sous la forme d’un gros cristal, bon courage pour tes recherches…
      De toute façon le savon produit avec de la suif animale ne peut pas rivaliser avec celui au beurre de karité qui est de bien meilleur qualité :-)